Biographie

Al'Mata

Mata, Al’ (=Alain Mata Mamengi). 1970. – RDC.
Al’Mata a fait des études graphiques à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa. Il entame dès 1991 une carrière de dessinateur de presse, puisqu’il fut directeur artistique et caricaturiste du quotidien L’Observateur, tout en collaborant à d’autres organes de presse tels que Le Palmarès, Le Grognon, L’Alarme, L’alerte, Vite-vu, Le Soir du galibot... Il est également consultant pour le Programme alimentaire mondial (PAM) à partir de 1998. Il publie son premier album en 1992 : Pourquoi tout pourrit chez nous, sur un scénario du célèbre écrivain Congolais Zamenga Batukezanga, dans la maison d'édition que celui-ci avait créée, Nzola nsi. En 1993, il co-fonde l’OAR (Organisation des Artistes Réunis pour la défense de la bande dessinée) et crée le Studio Béd’Art avec d’autres dessinateurs tels que Asimba Bathy, Djemba Djeis, Hissa Nsoli ou Cap Mwanza. C’est avec Studio Béd’Art qu’il lancera en 1995 la revue Les stars de la bande dessinée aux éditions Vévé. Une année auparavant, Al’ Mata avait lancé le magazine Mac BD avec les éditions Mavo, issues du quotidien L’observateur. De 1996 à 2001, il est dessinateur pour le magazine pédagogique de BD, Bleu Blanc lancé par les éditions Afrique avenir. Il y publie des séries telles que L’héritage de Kondé ou Aberi et des gags. En 1998, il est sacré Calque d’or, soit le prix de meilleur caricaturiste du Congo décerné par les professionnels des médias, puis, en 2000, il reçoit le prix de la presse au salon africain de la BD de Kinshasa organisé par l’ACRIA. En 2001, il publie, avec le soutien de l’Ambassade du Canada en RDC, un album de sensibilisation de 30 pages sur les enfants des rues : Koboma, koyiba... nzela ya boloko. Cette même année, il dessine l’histoire Kadogo dans l’album collectif À l’ombre du Baobab édité par l’ONG française Équilibres & populations et présenté au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. C’est aussi en 2001 qu’il décide d’émigrer en Europe. Il s’y fait remarquer par des histoires courtes dans des publications collectives : Les rendez vous manqués dans Afro-bulles n° 1 (2003), Tout ce qui tombe dans Africa comics 2003 (sur un scénario de Sapi Gampez), histoire pour laquelle il reçoit le 1er prix du concours panafricain organisé par les éditions Laï-Momo et l'ONG italienne Africa e Mediterraneo. C’est également en 2003 qu’il est distingué à Rome par le 2ème prix de la caricature africaine. En 2004, il illustre le n° 29 de la revue Grain de sel et publie dans Afro-Bulles n° 3 (Les prodiges du piano, 4 pages). Enfin, en 2005, il fait paraître deux histoires (La femme serpent et Drôles de rencontres) dans le collectif BD Africa, paru chez Albin Michel. Par la suite, Al’Mata participe à l’exposition Africa comics, Les bulles d’Afrique (2006) et colorise le n° 4 d’Afro-Bulles. Il est également régulièrement sollicité comme illustrateur pour la revue Planète Jeunes (Bayard presse). Le retour au pays d’Alphonse Madiba, son premier album individuel européen, scénarisé par Christophe Ngalle Edimo, a d’abord été édité par les éditions Sary 92 (basées à Nanterre) en 2007, avant d’être réédité dans la collection L’harmattan BD en 2010 avec un certain succès. Al’Mata a également participé aux revues kinoises Kin Label (n° 10) et Chaleur tropicale (Le pain maudit).

Aucun produit n'a été trouvé correspondant à votre sélection.